Les spectacles Du 5 au 15 octobre 2017

La Bonne parole du curé Meslier

DE le curé Jean Meslier

« Au nom… de la matière. Ce que nous sommes, ce qu’il reste, quand on n’est plus. »

Reprise !

Le curé Jean Meslier (1664-1729) sort de l’ombre. Il apparaît comme un penseur politique et philosophique de tout premier plan.
À l’aube du Siècle des Lumières, ce petit curé de village (celui d’Étrépigny dans les Ardennes françaises) laissait à sa mort voguer à la destinée un volumineux Mémoire manuscrit de ses « pensées et sentiments ».
C’était une bombe ! Elle éclate enfin aujourd’hui.
Car son Mémoire constitue, à l’époque, la critique la plus complète des incohérences, des abracadabrances bibliques, évangéliques et monothéistes. C’est aussi la première théorie de l’athéisme, du matérialisme philosophique, et la seule œuvre française avant la Révolution à proposer un projet et un programme concret de libération des masses.

Meslier, l’humaniste, comprenait le peuple quand il lui glissait à l’oreille que « tous les grands de la terre et que tous les nobles fussent pendus et étranglés avec des boyaux de prêtres. »

Pour lui, abattre la féodalité et l’absolutisme royal passait par renier l’Église qui les soutient et les bénit. Pour cela, il fallait démystifier les religions, annihiler le dieu des hommes…

Unissez-vous donc, peuples, si vous êtes sages !
Toutes les religions ne sont que des inventions humaines.
La matière ne peut avoir été créée. Elle a d’elle-même son être et son mouvement.
Il n’y a point de Dieu.

Tel est son message, en avance sur son temps. Toujours d’actualité – voire en avance sur notre temps !
Dans une langue à la fois modernisée et d’une grande fidélité au texte de Meslier, Jean-François Jacobs laisse ici exploser la « bonne parole » de ce curé détonant, dans le corps et la voix duquel se fond – et se confond – Alexandre von Sivers.

 

Bords de scène avec Serge Deruette, professeur d’Histoire des idées à l’université de Mons

Tous les soirs* après le spectacle

(*excepté vendredi 6 et jeudi 12 octobre)

 

En tournée :

  • samedi 2 décembre à  à la Maison de la culture de Marche-en-Fammenne
  • jeudi 7 décembre à Troyes au théâtre de la Madeleine
  • mardi 12 décembre au Centre culturel régional de La Louvière
  • Jeudi 14 et vendredi 15 décembre au théâtre des rues à Cuesmes

L'auteur

le curé Jean Meslier

Jean Meslier est né en 1664 à Mazerny, un petit village des Ardennes françaises, qui compte aujourd’hui cent vingt-trois habitants. Il reçoit l’enseignement primaire du curé de la paroisse et comme il apparaît très doué pour l’étude, il est envoyé au séminaire de Reims ; il y est ordonné prêtre en 1688 et envoyé comme curé de paroisse à Étrépigny non loin de Charleville.

 

Un curé contestataire, révolutionnaire, athée dans le secret de son presbytère…

Sans le proclamer car c’eut été sacrilège voire même suicidaire dans une France contrainte au respect des lois, des Princes et de la religion, Meslier avait tourné le dos à ce qui était sa raison d’être sociale.

Pour lui, la religion n’était que « mensonge, erreur et imposture ». Non seulement il doute mais il accuse, pourfend et renie. Cette violente révolte, qu’il ne pouvait évidemment pas proclamer au grand jour, il la consigne dans un manuscrit qui ne sera découvert qu’après sa mort.

 

Extrait du Petit Cahier 2016 du Poème 2, version complète ici : http://www.theatrepoeme.be/wp-content/uploads/2017/03/Dossier-thématique-Curé-Meslier.pdf

La distribution

La Bonne parole du curé Meslier

D’après « Les Mémoires des pensées et sentiments » de Jean Meslier
Adaptation et mise scène : Jean-François Jacobs
Avec Alexandre von Sivers
Composition et musique (en direct) : Gilles Masson
Scénographie et costumes : Ronald Beurms
Relecture philosophique et historique : Serge Deruette (professeur d’Histoire des idées à l’Université de Mons)
Texte édité chez Aden Éditions

Revues de presses

La Bonne parole du curé Meslier

Annonce dans La Libre Culture

Annonce la libre-1

***

Musiq3 – Chronique de François Caudron + interview d’Alexandre von Sivers – 24 mars 2016

Lien : https://www.rtbf.be/musiq3/podcast/detail_l-info-culturelle-7h30?id=2094577

***

La Première – « Et Dieu dans tout ça ? » – 20 mars 2016 – entretien avec Serge Deruette et Jean-François Jacobs

Lien : https://www.rtbf.be/radio/player/lapremiere?id=2093754

***

Demandez le programme – critique de Jean Campion – 22 mars 2016

4 étoiles 1/2 sur 5 ! « Curé le jour, athée la nuit »

Lien vers l’article complet

Extrait :

Tout en modernisant la langue, Jean-François Jacobs s’est appuyé sur d’authentiques extraits du « Mémoire », pour faire entendre la « bonne parole ». Sa mise en scène dynamise le monologue. L’éclairage permet de passer souplement de l’église à la cure et Jean Meslier s’adresse tour à tour aux paroissiens, à lui-même, au public ou à une personne qu’il prend à partie. Le spectacle ne tourne jamais au cours de philosophie. Par la justesse de son interprétation, Alexandre von Sivers fait émerger la pertinence et l’altruisme de ce curé, qui peut enfin libérer son indignation.

***

Rue du théâtre – Critique de Suzane Vanina – 31 mars 2016

« Une parole visionnaire »

Lien vers l’article complet

Extrait :

L’adaptation théâtrale proposée par le « Poème2 » captive réellement, sans déploiement de grands moyens, grâce à un dispositif scénique et lumineux qui suggère les lieux, les ambiances avec beaucoup d’efficacité. Il est dû à Ronald Beurms, décidément à l’aise dans tous les styles.
La présence accrochante du « bon curé » est assurée par cet acteur grand format qu’est Alexandre Von Sivers, guidé par le metteur en scène Jean-François Jacobs.

PHOTOS

Détails des dates
  • Jeudi 5 octobre 2017 à 20h
  • Vendredi 6 octobre 2017 à 20h
  • Samedi 7 octobre 2017 à 20h
  • Dimanche 8 octobre 2017 à 16h
  • Jeudi 12 octobre 2017 à 20h
  • Vendredi 13 octobre 2017 à 20h
  • Samedi 14 octobre 2017 à 20h
  • Dimanche 15 octobre 2017 à 16h

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Direction générale de la Culture, Service général des Arts de la Scène,
de la Loterie Nationale et de la Commune de Saint-Gilles

Retrouvez le poème 2 sur