Les lectures Vendredi 23 et samedi 24 mars 2018

Contre-dits !

DE Henri Michaux

Denis Lavant revient au Poème 2 !

Un concert-lecture par un trio inédit autour de la poésie de Michaux

 

Contre-dits ! est une aventure d’improvisation musicale de forme à la fois poétique, politique, théâtrale et philosophique.

Denis Lavant déclame des textes de Michaux sur lesquels Guylaine Cosseron et Jean-François Pauvros interviennent en contrepoint musical. Les trois artistes choisissent des textes à la volée. Entre le début et la fin de la trajectoire, il y a une marge de liberté.

Denis Lavant malaxe les mots, les intensifie. Jean-François Pauvros, qui a l’habitude d’accompagner les poètes comme Charles Pennequin, passe au crible sa guitare électrique dans une ardente recherche sonore par des caresses, pelotages, mordillements, griffures, outrages… La voix de Guylaine Cosseron est utilisée dans tous ses états, du chant, au bruitisme en passant par la poésie sonore, elle répond aux mots des poèmes et aux sons de la guitare comme l’expression du mouvement de l’être intérieur.

arton3369

L'auteur

Henri Michaux

Peintre et poète français d’origine belge (Namur 1899 – Paris 1984).

Soucieux de « ne pas laisser de trace, » Michaux a fui toute publicité : jamais il n’accorda de véritable entretien, ses portraits photographiques sont rares et sa voix n’a jamais été enregistrée.

Soutenu par Franz Hellens, il publie un premier texte, puis s’installe à Paris en 1924. Il publie chez Gallimard Qui je fus (1927), un premier recueil d’inspiration surréaliste.

Parallèlement, il se met à dessiner et à peindre pour se « libér[er] des mots, ces collants partenaires » : les deux registres pictural et verbal deviendront vite inséparables, souvent réunis dans les mêmes livres.

Henri Michaux relate ses voyages : réels (Ecuador, 1929, Un barbare en Asie,1933) et imaginaires (Ailleurs, 1948), puis réduit peu à peu le champ de ses pérégrinations à son aventure intérieure. Durant une période féconde, il publie ses premiers chefs-d’œuvre : Mes propriétés (1929), La Nuit remue (1935), Lointain intérieur (1938), Plume (1938). Mais le voyage mental est un moyen dont il découvre aussi les limites : « il existe une banalité du monde visionnaire. »

En 1941, il se voit reconnu par ses pairs lorsqu’André Gide publie Découvrons Henri Michaux. À partir des années 1960, il est l’objet d’une large reconnaissance publique : en 1965, il refuse le Grand Prix national des lettres ; en 1966 paraît un Cahier de l’Herne sur son œuvre.

Il poursuit son expérience intérieure à travers des « interventions » sur les rêves (Façons d’endormi Façons d’éveillé, 1969), formule ses réflexions sur les religions orientales qui le fascinent (Poteaux d’angle, 1981). Durant ses dernières années, il semble accéder, dans une voie proche de celle du Tao, à l’apaisement et à l’équilibre (Chemins cherchés Chemins perdus Transgressions, 1981 ; Déplacements Dégagements, 1985).

Henri Michaux est le contemporain des surréalistes, mais sa révolte est apolitique et individuelle : son « impuissance à se conformer » le tient à l’écart des mouvements. L’écriture est pour lui exploration de soi.

Son écriture, à la fois tendue et désinvolte, abstraite et somatique, lyrique et logique, conjugue l’intensité de l’émotion et la distance de l’humour. Ses poèmes, en vers libres ou en prose, passent de la concision de l’aphorisme à l’ampleur lyrique, et multiplient les registres : imprécation, murmure, sarcasme, plainte, extravagance. La seule constante est une défiance radicale à l’égard du langage, dont il désarticule avec exaltation la cohérence fallacieuse pour « donner à voir la phrase intérieure, la phrase sans mots » : un rythme sec, nerveux, haletant, vibrant, une syntaxe inventive et répétitive, des créations lexicales et des onomatopées, recréent (par la violence) mais aussi récréent (par l’humour) la langue.

Biographie d’après l’ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures. »

La distribution

Contre-dits !

Conception : Denis Lavant / Guylaine Cosseron / Jean-François Pauvros

Textes : Henri Michaux – poèmes issus du recueil L’Espace du dedans

Interprétation :

Denis Lavant, Récitant

Guylaine Cosseron, Voix

Jean-François Pauvros, Guitare électrique

Une production de Vocal Illimited – Création 2017

*

Denis Lavant

Artiste-interprète, Denis Lavant est connu pour ses rôles dans les films de Léos Carax dont il incarne l’alter ego (le dernier en 2011 : Holly Motors – Sélection officielle Festival de Cannes 2012, Grand Prix du Chicago Film Festival 2012, Silver Hugo du Meilleur acteur – mais aussi Les Amants du Pont-Neuf, Mauvais Sang, Boy Meets Girl…) Il joue dans de nombreux autres films (Le Mystère des Jonquilles de Jean-Pierre Mocky, Un long dimanche de fiançailles de Jean-Pierre Jeunet). On le retrouve aussi régulièrement sur les planches : en 2012, Denis Lavant obtient le Prix de l’Humour noir du spectacle pour son adaptation au théâtre de La Grande vie de Jean-Pierre Martinet, en 2014, Denis Lavant est en tournée et joue le rôle de Pyrrhus (Néoptolème, fils d’Achille) dans la pièce « Andromaque.10-43 ». Lors de la 27ème nuit des Molières, le 27 avril 2015 dernier, Denis Lavant reçoit le Molière « Seul en Scène » pour la pièce Faire danser les alligators sur la flûte de Pan mise en scène par Ivan Morane.
Jean-François Pauvros

« Le débloque-notes » (Les Inrockuptibles n°114 – 1997) : « En trente années d’expérimentations et de captivantes rencontres, le guitariste Jean-François Pauvros a consigné toutes les audaces et figures libres d’un homme passé de l’autre côté des miroirs rock ou free. L’intimiste La Belle décisive et l’âpre Mango man go ajoutent deux pages inédites à un carnet de route musical qui ne se connaît pas de train-train. »

Guylaine Cosseron est une chanteuse éclectique, compositrice, spécialiste de l’improvisation et de l’utilisation de la voix comme un instrument. Médaillée d’or au conservatoire de Basse-Normandie (1995), elle a d’abord commencé par la musique arabo-andalouse, les standards de jazz, fait partie du groupe jazz vocal « Les Grandes Gueules » (BMG / Sony) depuis 2004. Elle monte son propre quartet de jazz contemporain avec des compositions originales « Le Jaseur de Bohème » (2002) et le quintet « Bohème Express » (2012) croisement entre la musique des Balkans, le jazz et la musique contemporaine. Dès 2009, elle travaille avec Médéric Collignon, Louis Sclavis, Laurent Dehors, Joëlle Léandre. Elle monte ensuite des formations de musique improvisée avec lesquels elle parcourt le monde comme « RHRR » avec Xavier Charles et Frédéric Blondy, « Xyzz » avec Michel Doneda et Toma Gouband, « Op’Up » avec Joël le Léandre et Régis Huby ou le Trio anglais avec Phil Minton et John Russell à la guitare. Elle travaille aussi avec Sophie Agnel et Pascal Battus en trio.

Revues de presses

Contre-dits !

PHOTOS

Détails des dates
  • Vendredi 23 mars 2018 à 20h
  • Samedi 24 mars 2018 à 20h

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Direction générale de la Culture, Service général des Arts de la Scène,
de la Loterie Nationale et de la Commune de Saint-Gilles

Retrouvez le poème 2 sur