Les spectacles Le 11 novembre 2018 et du 15 au 18 novembre 2018

1918 Derrière les lignes

DE Hubert Lefèbvre

Basé sur le carnet de guerre d’un jeune soldat belge, « 1918 Derrière les lignes » est une création théâtrale qui retrace le parcours d’Hubert Lefèbvre, durant la Première Guerre Mondiale.

En 1916, Hubert quitte clandestinement la Belgique en franchissant la frontière belgo-hollandaise, grâce à l’intervention d’une passeuse et résistante belge, Ninette. Après un séjour dans les camps d’entrainement à Auvours, il arrive sur le front ambitieux. Il est convaincu d’être de ceux qui reprendront la Belgique occupée. Mais ses ambitions, ses illusions et ses rêves se heurtent très vite à la réalité des tranchées. Lassé de l’ennui qui s’y trouve et accompagné de son frère d’armes Bon-Sang, il confie ses états d’âme et sa vision de la vie. Puis, confronté à la mort et en proie aux souffrances des tranchées, Hubert déchante, éprouve un dégoût pour la guerre, questionne sa haine de l’Allemand et l’humanité toute entière.

 

Le 11 novembre, la représentation se fait à l’initiative de la commune de Saint-Gilles qui commémore le centenaire de l’armistice 14-18.

L'auteur

Hubert Lefèbvre

Hubert Lefebvre naît à Ixelles le 18 février 1897.
Au moment de la guerre, il habite à Saint-Gilles.
Il décide de s’engager, quitte la commune, et
parvient à passer en Hollande, puis en Angleterre
pour rejoindre le front de l’Yser. Il a 18 ans.
Il sera patrouilleur, affecté au renseignement,
missions généralement périlleuses. Pendant
trois ans il va tenir un journal, qui sera publié
après sa mort. Hubert Lefebvre meurt, la plume
à la main, le 15 juin 1918, mortellement blessé
par un éclat de grenade. Il avait 21 ans.
« Je hais l’Allemand, en principe; et pourtant,
lorsque, considérant avec tristesse l’affreux chaos
que la guerre a fait de Dixmude, je songe que les
Allemands, sans doute, font ces mêmes réflexions
à cinq cents mètres de moi ; comment pourrais-je
voir dans ces gens qui pensent comme moi, qui
souffrent comme moi, des ennemis qu’il me faut
assassiner ?
Lorsque je me trouve en première ligne, il est peutêtre
à quelques pas de moi, un guetteur allemand,
qui s’apprête à réjouir sa vue d’un de ces lumineux
couchers de soleil, tel qu’il s’en trouve tant ici ; et,
comme moi, en abaissant sa vue sur les souffrances
parmi lesquelles il vit, il maudit la guerre
infâme, et se demande avec effroi si jamais plus
les peuples ne voudront se réconcilier.
Cet homme est-il un ennemi ? » (p. 109)

La distribution

1918 Derrière les lignes

Texte :

Journal d’un fantassin d’Hubert Lefèbvre, et Poèmes d’Emile Verhaeren

Distribution :

Mise en scène : Line Destrait

Assistanat mise en scène : Mathilde Mosseray

Avec : Jeremy Grynberg, Patrick Michel et Mathilde Mosseray

Dramaturgie : Line Destrait et Marie Destrait

Lumière : Margot locatelli

Revues de presses

1918 Derrière les lignes

PHOTOS

Détails des dates
  • Dimanche 11 novembre 2018 à 16h
  • Jeudi 15 novembre 2018 à 20h
  • Vendredi 16 novembre 2018 à 20h
  • Samedi 17 novembre 2018 à 20h
  • Dimacnhe 18 novembre 2018 à 16h

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Direction générale de la Culture, Service général des Arts de la Scène,
de la Loterie Nationale et de la Commune de Saint-Gilles

Retrouvez le poème 2 sur