Personnaliser l'affichage

Changer l'ordre d'affichage

Saison 2015-2016

Inscrivez-vous
à la newsletter

Les spectacles Le 11 novembre 2018 et du 15 au 18 novembre 2018

1918 Derrière les lignes

DE Line Destrait

Basé sur le carnet de guerre d’un jeune soldat belge, « 1918 Derrière les lignes » est une création théâtrale qui retrace le parcours d’Hubert Lefèbvre, durant la Première Guerre Mondiale.

En 1916, Hubert quitte clandestinement la Belgique en franchissant la frontière belgo-hollandaise, grâce à l’intervention d’une passeuse et résistante belge, Ninette. Après un séjour dans les camps d’entrainement à Auvours, il arrive sur le front ambitieux. Il est convaincu d’être de ceux qui reprendront la Belgique occupée. Mais ses ambitions, ses illusions et ses rêves se heurtent très vite à la réalité des tranchées. Lassé de l’ennui qui s’y trouve et accompagné de son frère d’armes Bon-Sang, il confie ses états d’âme et sa vision de la vie. Puis, confronté à la mort et en proie aux souffrances des tranchées, Hubert déchante, éprouve un dégoût pour la guerre, questionne sa haine de l’Allemand et l’humanité toute entière.

 

Le 11 novembre, la représentation se fait à l’initiative de la commune de Saint-Gilles qui commémore le centenaire de l’armistice 14-18.

 

Plus d’informations : www.derriereleslignes.be

L'auteur

Line Destrait

Texte de Line Destrait, d’après Le journal d’un fantassin d’Hubert Lefèbvre

La distribution

1918 Derrière les lignes

Texte de Line Destrait d’après Journal d’un fantassin d’Hubert Lefèbvre, et Poèmes d’Emile Verhaeren

Mise en scène : Line Destrait

Assistanat mise en scène : Mathilde Mosseray

Avec Jeremy Grynberg, Patrick Michel et Mathilde Mosseray

Dramaturgie : Line Destrait et Marie Destrait

Lumière : Margot locatelli

Revues de presses

1918 Derrière les lignes

PHOTOS

Détails des dates
  • Dimanche 11 novembre 2018 à 16h
  • Jeudi 15 novembre 2018 à 20h
  • Vendredi 16 novembre 2018 à 20h
  • Samedi 17 novembre 2018 à 20h
  • Dimacnhe 18 novembre 2018 à 16h
Les spectacles Du 29 novembre au 2 décembre 2018

Pour arriver, il fallait nous perdre

DE Jacques Crickillon

 

 

« La volonté d’être au monde, malgré soi. La volonté de l’autre monde, parce que. Cela est légitime, cela ne s’explique pas. »

                                                                       Jacques Crickillon

 

L’Autre monde, espace au-delà du réel et de ses pesanteurs, de ses verrous, de ses violences, où l’être peut danser dans la joie et le dénuement.

L’Autre monde, c’est un besoin vital. La poésie de Jacques Crickillon vous y invite. Elle ouvre les portes, indique le chemin.

Chemin de traverse où la poésie prend des teintes organiques, lyriques ou symphoniques, où elle a des airs de roman d’anticipation et se joue du langage familier contemporain.

Une Œuvre éminemment musicale et théâtrale.

 

Sur scène, une comédienne et un musicien.

Une voix féminine pour incarner la parole d’un auteur dont toute l’œuvre est dédiée à Ferry-Lorna, la Toute Aimée.

Un paysage sonore singulier mêlant mélodies et expériences acoustiques, où les sons concrets du réel voyagent et se métamorphosent. 

Une mise en scène qui prend sa source dans l’inspiration photographique provoquée par le foisonnement d’images dont regorgent les poèmes.

Un spectacle au confluent du théâtre, de la musique et de la poésie.

 

(Affiche : photographie copyright Camille Cooken d’après une œuvre de Xavier Rijs)

***

 

En amont du spectacle, vous pourrez en découvrir quelques extraits lors d’un « Midis de la Poésie » :

« Jacques Crickillon ou le chemin tracé dans le refus de tout chemin », pour les cinquante ans de la naissance de son Oeuvre.

le 13 novembre 2018 aux Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique

www.midisdelapoesie.be

Jacques_Crickillon_2013_-_02

L'auteur

Jacques Crickillon

Né à Bruxelles le 13 septembre 1940, Jacques Crickillon est un Poète majeur de notre langue française, mais aussi un romancier et un essayiste.
Licencié en philosophie et lettres, ce voyageur arpenteur des terres d’Afrique et de l’Extrême-Orient, érudit, féru d’Histoire de l’art et des religions, est le conteur d’un univers poétique aux sommets montagneux magiques dont Ferry, sa compagne de Barbarie, est la gardienne et la muse inspiratrice d’amour.
Professeur d’Histoire des Littératures au Conservatoire royal de Bruxelles, étudié par de grands critiques tels Jacques De Decker, Alain Bosquet ou Christophe Van Rossom, Jacques Crickillon a été élu Académicien à l’Académie royale de Langue et de Littérature française de Belgique en 1993.
Citons le Prix Franz De Wever, de l’Académie Royale de Langue et de Littérature françaises de Belgique, le grand Prix triennal de Littérature du gouvernement belge, le Palmier d’Or du Festival international de la Francophonie à Nice, le Prix Rossel 1980, le Prix Charlier-Anciaux de l’Académie Royale de Langue et de Littérature françaises de Belgique pour l’ensemble de son oeuvre.

La distribution

Pour arriver, il fallait nous perdre

D’après l’Œuvre de Jacques Crickillon

Direction artistique et interprétation : Adèle Cooken

Création sonore : Thomas Giry

Inspiration visuelle : Camille Cooken

Regard extérieur : Laure Tourneur

Avec le partenariat du Théâtre Poème 2 et des Midis de la Poésie.

 

 

 

Revues de presses

Pour arriver, il fallait nous perdre

PHOTOS

Détails des dates
  • Jeudi 29 novembre 2018 à 20h
  • Vendredi 30 novembre 2018 à 20h
  • Samedi 1er décembre 2018 à 20h
  • Dimanche 2 décembre 2018 à 16h
Les spectacles Du 6 au 16 décembre 2018

Femme Non-Rééducable, Mémorandum théâtral à propos de Anna Politkovskaïa

Les ennemis de l’état se divisent en deux catégories : ceux qu’on peut ramener à la raison et les incorrigibles. Avec ces derniers, il n’est pas possible de dialoguer, ce qui les rend non rééducables… Vladislav Sourkov, circulaire interne, bureau de la Présidence russe, 2005

Anna Politkovskaïa compose une radiographie de l’être humain, une radiographie de la Russie poutinienne, ivre d’elle-même, malade de ses démons, de son autoritarisme à tout va, de son nationalisme sans borne.
Elle en a payé le prix fort : la mort.
Un spectacle vital car il interroge notre espace de parole, c’est-à-dire notre espace de contestation.

 

Plus d’infos : https://unitesnomade.files.wordpress.com/2015/03/non-rc3a9c3a9ducable_annonce_bim.jpg

bandeau-damnes

La distribution

Femme Non-Rééducable, Mémorandum théâtral à propos de Anna Politkovskaïa

De Stefano Massini
Traduction : Pietro Pizzuti
Avec Angelo Bison et Andrea Hannecart
Mise en scène : Michel Bernard
Scénographie et teaser : Thomas Delord
Dramaturgie politique : Aude Merlin
Musique : The Social Sanity

Lumière et technique : Tom Reed et Alexandre Chardaire

Vidéo : Marie Kasemierczak

Une production de Unités/nomade et le Poème 2

Avec le soutien du Théâtre du Sygne et du théâtre Marni

Revues de presses

Femme Non-Rééducable, Mémorandum théâtral à propos de Anna Politkovskaïa

PHOTOS

Détails des dates
  • Jeudi 6 décembre 2018 à 20h
  • Vendredi 7 décembre 2018 à 20h
  • Samedi 8 décembre 2018 à 20h
  • Dimanche 9 décembre 2018 à 16h
  • Jeudi 13 décembre 2018 à 20h
  • Vendredi 14 décembre 2018 à 20h
  • Samedi 15 décembre 2018 à 20h
  • Dimanche 16 décembre 2018 à 16h

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Direction générale de la Culture, Service général des Arts de la Scène,
de la Loterie Nationale et de la Commune de Saint-Gilles

Retrouvez le poème 2 sur