Inscrivez-vous
à la newsletter


Les rencontres Le 9 septembre 2017 à 19h

Victor Horta, une conférence illustrée

Michèle Goslar

70 ans après sa disparition, son œuvre tombe dans le domaine public, libérant, enfin, la diffusion de son œuvre immense et révolutionnaire !
Une conférence illustrée, par Michèle Goslar

Victor Horta est décédé le 9 septembre 1947 à l’Institut médico-chirurgical d’Etterbeek dont il fut l’auteur d’agrandissements en 1923. Il avait 86 ans.
Contrairement à ses collègues de l’Art Nouveau, il ne se contenta pas de fioritures décoratives, mais bouscula la conception de la maison bruxelloise en faisant entrer la lumière dans ses maisons grâce au recours au métal industriel, aux puits de lumière, aux lanterneaux, à des miroirs agrandissant fictivement l’espace réduit des façades. Il y instaura aussi le confort moderne, les matériaux précieux, les découvertes récentes et le luxe.
Si l’Hôtel Tassel signa le lancement, en 1893 de L’Art Nouveau en Belgique (et sans doute ailleurs), la Gare Centrale, le Palais des Beaux-Arts, l’hôpital Brugmann ou La Maison du Peuple furent, quant à elles, des constructions manifestant son talent d’ingénieur.
Luttant à la fois contre le gouvernement voulant imposer le style Renaissance flamande, contre ses confrères hostiles à son arrogance, contre le public ne comprenant pas son architecture, contre Léopold II favorisant les architectes étrangers, contre les catholiques trouvant son style obscène, Horta fut un génie bafoué qui vécut le saccage de son hôtel Roger de son vivant, ne connut ni la destruction de l’Hôtel Aubecq, ni celle de la Maison du Peuple, ni l’incendie de l’Innovation…
Il trouva, heureusement, à la Loge, les amis qui lui permirent d’exprimer son talent et ses idéaux.
Travailleur acharné, il sacrifia à son art non seulement les honneurs, l’appât du gain, mais aussi son bonheur personnel.
En quoi Horta est un architecte révolutionnaire, pourquoi fut-il mal aimé ? Ces deux questions seront les axes de la conférence.

michele goslar

L'auteur

Michèle Goslar

Licenciée en philosophie et lettres, Michèle Goslar suit une carrière dans l’enseignement.
La mort de Marguerite Yourcenar la pousse à se consacrer à des recherches autobiographiques sur l’auteur de Feux. Elle accumule alors des documents qu’elle met à la disposition du public en créant en 1989, à Bruxelles, le Centre International de Documentation Marguerite Yourcenar.
Depuis la création du Cidmy, Michèle Goslar en assure la permanence et en organise les activités : colloques, expositions, spectacles, conférences, visites guidées, voyages, animations scolaires…
Sa biographie de Marguerite Yourcenar est éditée en 1997 sous le titre : Yourcenar. Biographie. « Qu’il eût été fade d’être heureux » (rééditée, corrigée et augmentée en 2014). Le livre obtint le premier prix littéraire du Cercle Gaulois en 2000.
À partir de 1998, Michèle Goslar entame les recherches pour une biographie de Victor Horta. Elle élargit la recherche à son œuvre architecturale et intègre à sa biographie le sort qui fut réservé à toutes les constructions de l’architecte jusqu’à ce jour. L’essai Victor Horta (1861-1947). L’homme, l’architecte, l’Art Nouveau publié en 2012, obtient en 2015 le Prix de l’essai du Parlement de la Communauté française ainsi que le Prix Merghelinck de l’Académie, Classe des Beaux-Arts.

La distribution

Victor Horta, une conférence illustrée

Revues de presses

Victor Horta, une conférence illustrée

PHOTOS

Détails des dates
  • samedi 9 septembre 2017 à 19h

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Direction générale de la Culture, Service général des Arts de la Scène,
de la Loterie Nationale et de la Commune de Saint-Gilles

Retrouvez le poème 2 sur