Edito page d’accueil

Bonne année 2016

Par les temps qui courent, bonne année est une formule qui paraît bien hasardeuse. Plus modestement, le Poème 2 vous propose – mois après mois – de tenter de gagner un peu de terrain sur la morosité ambiante par une offre qui devrait armer l’intelligence contre la bêtise au fil des propositions artistiques de l’année 2016.

À épingler ici les créations qui rythment, à côté des reprises et des accueils, toute l’année de janvier à décembre. Ces créations sont le cœur battant d’une maison qui veut mettre en valeur des formes et des textes puissants. La plupart d’entre eux s’articulent autour de questionnements intranquilles dont l’approche nous suit et nous transforme. Les quatre premières créations font parler des morts : Louis Althusser, Jean Meslier, Christian Dotremont (inédit), Verhaeren par Rilke.

Le philosophe Louis Althusser dans son texte posthume « L’Avenir dure longtemps » y est son avocat et son procureur. Assassin de son épouse, il sonde l’ambivalence de sa condition : coupable et irresponsable.

Jean Meslier est curé de campagne en Ardenne au XVIIème siècle. Son testament, il l’écrit à la chandelle et paraîtra après sa mort. Il nous dit comment et pourquoi il devient profondément anticlérical, athée et révolutionnaire.

La Poésie n’est jamais à vendre, elle est à prendre. Chez elle au Poème 2, elle y est nouvellement invitée : un appel à projet encourage de jeunes poètes à écrire autour d’un thème qui libère les imaginations, La première fois.

Invitée, la poésie d’Émile Verhaeren revisitée par Rainer Maria Rilke. Ou comment le premier est devenu pour le second, un Maître qui célèbre l’Ici-bas !

Chantée, la poésie calligraphiée de Christian Dotremont ! L’artiste visuel fondateur du groupe Cobra part en Laponie en mai 76 avec une jeune étudiante. Ses « logoneiges » sont des signes tracés au bâton dans la neige et qui font sens. Ces signes sont devenus un chant. Un opéra de Daniel Schell : Neige de soleil.

Création encore en forme de double nouveauté : Les Consolantes, un huis clos de femmes, est le texte d’un romancier reconnu qui prend tous les risques de la scène. Fou de théâtre, François Emmanuel, signe la mise en scène de son texte.

Les équipes artistiques sont magnifiques. Et ensemble, nous vous attendons.

 

***

Plus d’information sur le concours « Jeune Poète National » sur notre page facebook (cliquez ici

***

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Direction générale de la Culture, Service général des Arts de la Scène,
de la Loterie Nationale et de la Commune de Saint-Gilles

Retrouvez le poème 2 sur